A Propos

Parmi les pionniers de l’architecture organique contemporaine et de l’éco-construction en Belgique (25 ans d’expérience) et notamment lauréat du premier AWARD de l’ENERGIE (institué en 2003), nous sommes spécialisés en construction bois et bâtiments passifs et gérons le PHPP en interne. Nous réalions des bâtiments publics (écoles, crèches, etc…) ainsi que du logement (individuel ou collectif) dont actuellement le 1er immeuble passif d’appartements en Belgique (14 duplex à Molenbeek) construit entièrement en bois et élu "bâtiment exemplaire" par l’IBGE.

"Damien Carnoy appartient à la famille des architectes qui œuvrent d’abord avec leurs sens. Il est à l’écoute de tout ce qui sera en lien avec le projet, en dialogue avec lui, en réalité de tout ce qui porte une parcelle de l’architecture à venir.

Son architecture se construit sur une attention infinie aux choses et aux gens. Il écoute, mais surtout perçoit ce qui émane du silence. Terrain, sol, arbres, matières, parfois même un détail mais aussi, bien entendu, les personnes… chacun de ces éléments inspire l’architecte qui à travers son art va leur donner une résonance spatiale. Il travaille en écho par rapport à l’esprit des choses et des êtres qu’il croise, à travers le filtre de sa propre sensibilité mais aussi de son savoir de bâtisseur.

L’architecte agit comme un révélateur. Il donne un corps aux sensations perçues. Pour lui, l’architecture doit être une évidence, un élément qui semble avoir toujours existé, qui émane du lieu et ne s’impose pas à lui. Les formes qui caractérisent sa démarche sont clairement organiques, faites de courbes et de contre-courbes, sans excès toutefois. Elles procèdent de la nature tout en s’enrichissant de culture. Une culture en connexion avec ses origines mais qui ose s’exprimer librement, sans fausse gêne ni emphase. Il ne s’agit pas d’un retour à la nature mais d’une croissance à partir de la nature. Son architecture y enfonce ses racines tout en affirmant clairement son caractère propre et unique.

Damien Carnoy veut aussi que son architecture soit source de plaisir, de bonheur pour ceux qui la croisent mais surtout pour ceux qui l’utilisent. Elle est avant tout au service de ses usagers qui doivent s’y sentir bien et s’y épanouir. Le dialogue est permanent, entre l’architecte et les gens, entre l’architecte et les choses, et ensuite entre les occupants et l’architecture. L’enrichissement est réciproque et perpétuel.

Anne Norman pour «Carré d’Art» Septembre 2003